PARTI POLITIQUE

DEFENSE DES CITOYENS

3, allée de la Puisaye

92160 Antony

http://www.defensedescitoyens.org

contact@defensedescitoyens.org

 

ET

 

APSN

apsn@numericable.fr

A

Tribunal de Grande Instance de Paris
M. Jean Claude MARIN
Procureur de la République
4, Bd du Palais
75001 Paris

 

 

Objet : votre saisine au titre de l'article 40 du code de procédure pénale et demande de mises en garde à vue immédiate de tous LES MEMBRES composants le Bureau de l' UIMM

Copie M. SARKOZI et large diffusion

 

 

Monsieur le Procureur de la République,

 

A plusieurs reprises, au moins une quinzaine de fois les autorités judiciaires ont été saisies par nous d'exactions perpétrées dans l'industrie aéronautique et  plus particulièrement à la SNECMA HISPANO SUIZA SAFRAN sous la conduite de Monsieur Jean Paul BECHAT qui a ordonné mon irradiation à la suite de mes dénonciations dans le cadre du Marché public 72040 et EURODIF . Ce même BECHAT est impliqué dans des délits d'initiés et se trouve être au conseil d'administration d'une grande banque NATEXIS…..

 

La faillite  du Parquet et des autorités, qui ont protégés ces industriels véreux à cette époque, par complicité dans les financements occultes de l' UMP et du PS et je sais et vous savez de quoi je parle en qualité d'ancien responsable économique et financier de la Division aéronautique

d' HISPANO SUIZA, a été totale.

 

En conséquence, vous êtes saisi au titre de l'article 40 du CPP et nous vous demandons de protéger le trouble à l'ordre public que cette affaire suscite en plaçant immédiatement en garde à vue les membres du Bureau de l' UIMM suivants:

 

 

 

Composition du Bureau de l'UIMM

Siège social 56 avenue de Wagram 75017 Paris

Le Bureau de l’UIMM est ainsi composé :

MM.

Jean-Paul BECHAT

Ancien Président de SAFRAN

 

Etienne BERNARD

Président du GIM

 

Laurent BERNARD

Président UIMM Amiens-Picardie

 

Philippe DARMAYAN

Président de la FFA

 

Thierry GAGNEZ

Président de l’UIMM Vosges

 

Denis GAUTIER-SAUVAGNAC

Président-délégué général de l’UIMM

 

Yvon JACOB

Président de la FIM

 

Joël KARECKI

Président PHILIPS France

Mme

Anne LAUVERGEON

Présidente AREVA

 

Robert MAHLER

Président de la FIEEC

 

Jean-Paul MAUDUY

Président d’honneur UIMM RHODANIENNE

 

Roger PELLENC

Président UIMM Vaucluse

 

Jean-Marie POIMBOEUF

Président DCN

 

Yves RAMBAUD

Président FEDEM

 

André ROBERT-DEHAULT

Président FONDEURS DE France

 

Christian STREIFF

Président PSA PEUGEOT-CITROEN

 

Michel de VIRVILLE

Secrétaire général de RENAULT

 

 

 

Présidents d’honneur, membres du Bureau

MM.

Jean CANTENOT

 

 

François CEYRAC

 

 

Daniel DEWAVRIN

 

 

Pierre GUILLEN

 

 

Jean d’HUART

 

 

Arnaud LEENHARDT

 

 

 

Mesure indispensable attendu qu'elle est nécessaire pour poursuivre les investigations en cours et notamment faire des perquisitions, confrontations pour concourir à la manifestation de la vérité mesures telles que vous utilisez et réservez à monsieur tout le monde qui ne vole pas des millions d'euros.

 

Voici ce que nous écrivions en 2002 à M. PERBEN/

 

 

M.KARSENTI Claude     Ministère de la Justice

DEFENSE des CITOYENS M. le Ministre, M. PERBEN

3, allée de la Puisaye      13 place Vendôme

92160 Antony                 75042 Paris cedex 01

 

 

Objet : SNECMA, escroqueries, délit d’initié     Le 31.10.2002

Copie : M. CHIRAC

 

Monsieur le Ministre,

 

Vous l’avez constaté comme moi la Presse de gauche, aujourd’hui, révèle les exactions commises par les dirigeants de la SNECMA qu’elle se refusait de révéler lorsque la GAUCHE était au pouvoir à l’instar du journal « LE MONDE », le « Canard Enchaîné » ou « Libération » qui avait reçu l’intégralité de mes plaintes relatifs à une importante fraude sur un marché d’Etat militaire n° 72040 organisée en partie par l’actuel PDG de la SNECMA M. Jean Paul BECHAT qui était responsable de la DIVISION AERONAUTIQUE de la Filiale HISPANO SUIZA et pour lequel j’exerçais les responsabilités de gestion économique et financière de la dite Division.

 

Le Ministre de la DEFENSE, M. Charles HERNU « franc maçon » me recevait par l’intermédiaire de M. Emile BLANC son Chef de Cabinet pour évoquer, preuves à l’appui, de cette fraude en présence du Commissaire du Gouvernement  M. Louis HARDY.

 

M. Emile BLANC, rédacteur d’un tract du parti socialiste en ma possession, a donné l’ordre de mon exécution à M.BECHAT qui est même venu témoigner contre moi  me portant l’estocade devant le Conseil des Prud’Hommes de Boulogne Billancourt sûr que mes actions pénales resteraient sans suite du fait de l’implication de l’Etat.

 

De même, vous constaterez que M. Emile BLANC est toujours au Conseil d’Administration de la SNECMA après être passé à la Direction Générale ou à la filiale SEXTANT ou PDG de la SNPE.

 

La magistrature saisie, dans son ensemble, a cautionné ces actes délictueux et s’est rendue coupable au titre de l’article 432.1 du code pénal ou encore de l’article 434.4 alinéa 2 de ce même code sans parler du non respect du serment prononcé…

 

En conséquence, une procédure judiciaire sera de nouveau engagée les faits n’étant pas prescrits s’agissant de vols commis au préjudice de la Nation et de son armée et de délits dissimulés du fait de l’implication de l’Etat.

 

Cette affaire était aussi portée à la connaissance du Président de l’Assemblée Nationale du moment M. SEGUIN ainsi qu’à l’actuel Ministre M. DEVIDJAN alors Député Maire d’Antony qui m’a reçu impuissant devant le « barrage » des décideurs aux commandes du moment.

 

C’est pourquoi, sans qu’il soit nécessaire d’une mise en garde, conscient du respect des engagements pris par le Président de la République, je vous remercie de veiller à ce que tous mes dossiers « confisqués » par la justice me soient restitués pour action à suivre, que le délit d’initié de M.Jean Paul BECHAT doit être suivi d’une action en justice ou alors vos propos sur l’égalité des citoyens devant la justice seraient « douteux  voire complices » .

 

Vous n’ignorez pas non plus qu’il est signataire d’une Charte Ethique signé en juin 2001, en ma possession, qui lui retire toutes excuses en matière de conflits d’intérêts et de délit d’initié et vous l’avouerez, les donneurs de leçons, comme M. BECHAT, pour légitimer des exactions passées sont malheureusement   pris à leur propre piège à être plus « blanc que blanc »…

 

De fait, nous n’accepterons pas que le fait de la rétrocession des actions bien mal acquises par M. BECHAT à on ne sait qui, soit un acte suffisant pour le « blanchir » car on imagine tous les voleurs et receleurs agir de la sorte et voir toutes les actions juridiques éteintes…vous prendriez le risque dit « du doigt dans l’engrenage » …et votre probité serait mise en doute.

 

De même, cette lamentable affaire par des coquins, jusqu ‘alors légitimés, devrait vous permettre de remettre de l’ordre dans les sociétés d’Etat du secteur aéronautique et d’éliminer du Conseil d’Administration des voyous comme M. Emile BLANC.

 

Je joins 4 courriers adressés l’un au Ministre des Finances, un autre aux procureurs de Paris et Nanterre qui, à l’époque, n’ont pas cru devoir mettre l’action publique en route et un courrier au doyen Alain PHILIBEAUX, trop longtemps spécialiste d’ordonnance d’irrecevabilité et Doyen au Parquet de Nanterre pour des raisons que vous apprendrez et que je soupçonne liés à la franc-maçonnerie.

 

Je vous remercie de prendre acte de ma volonté pour que la justice passe, pour que cesse les simulacres de justice et que la République Française devienne réellement une démocratie et ne plus être une république bananière.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre de la Justice, mes salutations les plus respectueuses.

 

Claude KARSENTI

 

Nous ne doutons pas un seul instant que vous prendrez cette mesure laquelle, si elle n'était pas prise immédiatement serait permettre la fuite des preuves et votre volonté pour qu'échappent à la justice ces patrons voyous que nous dénonçons, sans succès depuis 1981.

 

Vous avez déjà en votre possession d'importants dossiers que nous vous avons communiqués dans le cadre de plaintes malheureusement classées sans suite. Heureusement nous avons des doubles surtout après votre refus de nous Restituer le  dossier  plainte N° P 83 335 0208/6 du  31.10.2002.

 

 

Dans cette attente et avec nos remerciements, vous avez notre soutien actif pour ne plus donner à ces affaires un enterrement de première classe.

 

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Procureur de la République, nos salutations les plus respectueuses.

 

 

 

Le Président

Claude KARSENTI