Les articles du Cercle Tourbillon

LE GALOP EST-IL DIRIGE PAR DES INSOUCIANTS ?

 19 décembre 2016 Cercle Tourbillon  82 Commentaires

Mesdames et messieurs, lecteurs de Tourbillon, nous vous annonçons que les membres du comité de France-Galop ont validé le 13 décembre 2016, sans la moindre objection, sans demander les moindres explications, l’état de faillite du Galop en 2018 tel que nous l’écrivions il y a plusieurs mois.

 

ETAT DES LIEUX DES FINANCES DU GALOP

fg_budget15

(document France-Galop Budget 2017)

13 décembre 2016, au 46 place Abel Gance, le Comité de France-Galop valide le budget 2017 de -28M€.

Ce montant de pertes de -28M€ pour 2017 est à rapprocher des -25.9M€ pourtant annoncés pour 2017 par Edouard de Rothschild au printemps 2016 (voir notre article du 18/06/2016).

Tout comme les -33.5M€ de pertes en 2016 sont à rapprocher des -31M€ budgétés au printemps 2016 par ce même Edouard de Rothschild (voir notre article du 18/06/2016) et réévalués à 32.8M€ au mois de juin 2016.

fg_budget2

(document France-Galop 12/2016)

Aucun budget n’est tenu chez France-Galop sans qu’aucun membre du Comité n’en fasse état. A quoi servez-vous mesdames et messieurs du Comité si vous validez tous les dépassements budgétaires sans demander d’explication ?

Cette situation catastrophique est le fruit du terrible héritage laissé par Bertrand Bélinguier véritable fossoyeur financier du Galop, mais aussi de l’incompréhensible absence de réaction d’Edouard de Rothschild qui n’est en rien un chef d’entreprise affrontant avec lucidité méthode et ambitions une période aussi délicate.

Quelle est la situation financière exacte du Galop ?

-13.5M€ ont été perdus en 2014
-45.9M€ ont été perdus en 2015
-33.5M€ ont été perdus en 2016 (contre 32.8M€ prévus au budget)
-28M€ sont prévus en perte pour 2017
Ce sont donc 120.9 Millions d’euros de pertes cumulées en 4 ans que nous devrions accepter sans rien dire,

§  Alors que le coût définitif de Longchamp n’est pas connu et qu’un dépassement de l’ordre de 20M€ est inévitable compte tenu des éléments indispensables ne figurant pas au budget (comme en font état France-Galop, EGIS et DPA dans le document des chantiers post-réception présenté mi-décembre 2016. Voir ci-dessous),

§  alors que le Trot a accepté de lisser l’arrêt des 8 M€ annuel qu’il reversait au Galop en continuant (probablement)de verser 4 M€ en 2017 et 4 M€ en 2018, mais arrêtant ensuite,

§  alors que le reversement du PMU pour 2017 (progression de +1.2% des enjeux hippiques en 2017 vs -4.7% en 2016 => la magie des chiffres) reste pour le moins aléatoire,

fg_chantiers

(document France-Galop Longchamp 12/2016)

le comité de France-Galop valide une nouvelle perte colossale de -28M€ pour 2017

Une nouvelle fois nous affirmons que sans réaction urgentissime, le Galop sera en faillite en 2018, la trésorerie estimée par France-Galop à fin 2018 (voir ci-dessous) ne prenant pas en compte un certain nombre de postes

fg_treso

(document France-Galop 12/2016)

Pour cette raison, et contrairement aux affirmations de la gouvernance, nous alertons sur le fait que la trésorerie sera négative dès 2018. Cette affirmation est le fruit d’une opération arithmétiques très simple :

Total réserves en 2014

281M€

Déficit cumulé entre 2014 et 2017

-120.9M€

Budget Longchamp

-131M€

Dépassement Longchamp

-20M€

Perte prévisionnelle 2018 (source FG)
(qui d’après nos approches sera supérieure à -20M€)

-13.8M€

Total des déficits et charges Longchamp cumulés en 2018

-285.7M€

Total trésorerie France-Galop en 2018 (281M€ – 285.3M€)

-4.7M€

 

METHODE ET STRATEGIE DE LA GOUVERNANCE ACTUELLE

 

Quelle est la méthode Rothschild pour inverser cette tendance ?

 

Ceux d’entre vous qui à la suite du nouveau déficit de 33.5M€ en 2016 attendaient une réaction, un plan ambitieux pour 2017 et les années suivantes en seront pour leurs frais. Rien, ou plutôt si, un état d’impuissance de la gouvernance et des administrateurs en place, parfaitement illustré par le communiqué envoyé au soir du 13 décembre 2016, qui résume à lui seul l’état d’approximation et d’amateurisme dans lequel évoluent ces mêmes administrateurs.

Quelle est la stratégie Rothschild pour relancer le Galop ?

 

Se basant sur un diagnostic sans équivoque, celui d’un déficit structurel de 30M€ annuel, et d’une trésorerie négative dès 2018, Edouard de Rothschild semblerait en mesure de proposer enfin une stratégie volontariste.
Il n’en est rien. Pour seule réponse à ce terrible constat qu’il évoque lui-même dans son communiqué du 13 décembre 2016, le président en exercice fait état « d’une réflexion en 2017 associé au Trot et à l’Etat » et d’aménagements à la marge.

La réflexion comme arme de management après un an de présidence, pour inverser une spirale négative enclenchée en 2013 !  Nous percevons là toutes les limites du bénévolat dans l’action de gestion de notre entreprise France-Galop confrontée à un séisme financier.

LES PROPOSITIONS STRATEGIQUES DU CERCLE TOURBILLON

 

La solution d’un plan ambitieux mais qui sera douloureux

 

Nous devons faire preuve de lucidité et de solidarité. La lucidité dans cette situation conduit à mettre en œuvre les moyens d’un retour à l’équilibre dès 2019 en acceptant l’idée que cela se fera dans la douleur.
Or pour atteindre cet objectif, il convient de fédérer toutes les parties constituantes du Galop.
– L’entreprise France-Galop, ses salariés et ses partenaires
– Les acteurs socioprofessionnels
– L’Etat
Chacun va devoir faire des efforts.

Baisse des allocations et primes de 10% = 27.3M€ annuels (encouragements 2017 : 273M€)
Nous n’avons plus le choix. La diminution des allocations et primes doit être considérée dans un plan d’ensemble incluant la rationalisation du programme et du calendrier (commencée par Olivier Delloye) appuyée par de nécessaires fermetures d’hippodromes. Des choix devront être faits, par exemple de baisser en priorité le montant des primes propriétaires sur les courses de Groupe 1.

Baisse des charges de France Galop de 10% = 15M€ annuels

Il doit y avoir un effort conséquent au niveau de France-Galop et celui-ci passera par un resserrement des effectifs qui sera coûteux. Nous devons donc entamer un dialogue social mais aussi un dialogue avec nos ministères de tutelle afin de trouver les moyens financiers, que nous n’avons plus, pour mener à bien ce programme de baisse de charges. Nous devons donc associer l’Etat à notre projet volontariste.

Entamer une transformation digitale globale

Nous avons détaillé à plusieurs reprises dans les articles du Cercle-Tourbillon la transformation digitale comme outil fondamental de transformation de la société France-Galop. Cette transformation induit des économies importantes et nous ne comprenons toujours pas pourquoi la présidence actuelle n’a pas lancé ce programme salvateur … sauf à penser que par méconnaissance du sujet celui-ci n’est pas appliqué !

Faire évoluer le mode de gouvernance.
Depuis plusieurs mandatures, nous voyons bien que le mode de gouvernance n’est plus adapté aux enjeux. Il faut l’accepter et réfléchir à professionnaliser cette gouvernance et l’action quotidienne tout en permettant aux sociétaires de France-Galop d’en conserver le contrôle.
Il en est de même pour les hommes. Nous devons réfléchir à modifier le système électoral pour permettre l’arrivée de nouveaux visages et de nouvelles compétences. Limite du nombre de mandats, limite du cumul des fonctions, sont des pistes à investiguer pour ne plus scléroser l’action des élus.

Avancer dans le partenariat avec l’Etat

Forts de notre plan volontariste, nous pourrons aller voir nos ministères de tutelles afin d’expliquer pourquoi leur accompagnement par le biais d’une fiscalité allégée nous permettra de réussir notre mutation économique et d’augmenter à moyen terme le reversement des courses à l’Etat.

 

Une nouvelle fois, nous appelons nos élus à une prise de conscience collective permettant de mettre en œuvre une politique volontariste destinée à enrayer la politique du déficit chronique déployée par nos derniers présidents.

Sportman

19 décembre 2016 à 10 h 44 min

Permalink

L’essentiel :
« Le système de jeux est sous la menace permanente d’un effondrement soudain de la pyramide de Ponzy de sa clientèle. Avec une perte prévisionnelle de 70 millions d’euros à fin 2016 – elle sera bien supérieure à 100 millions –, cette décroissance constante de la collecte des enjeux entraîne déjà une strangulation des trésoreries des Principautés…, une pendaison en instance, lorsque la trappe de sortie de milliers de parieurs désabusés s’ouvrira d’un coup sous leurs pieds, lorsqu’ils cesseront massivement de jouer. Que dire de plus ?… Les dirigeants gèrent au jour le jour, remettent au lendemain et repoussent indéfiniment la pelote à problèmes, comme Sisyphe hissait son rocher vers les sommets… L’Etat corrigera les équilibres financiers tant qu’il le pourra en jouant sur la fiscalité. Sans aller à l’essentiel : l’exonération fiscale sur les activités équestres et hippiques, l’abandon du monopole par la privatisation du PMU, l’autorisation du pari mutuel et du bookmaking, la création d’une Fédération sportive des Sports hippiques et la refonte d’un Code des courses unique… Plus qu’une réforme, la modernisation d’un système obsolète. Mais non !… Le commun des mortels pourra encore douter de tout à propos des courses hippiques et les parieurs continueront à perdre leurs mises : à force dissimulations et entourloupes…, à force mensonges et bourrage de mou…, à force…, la mauvaise réputation, la suspicion insidieuse qui les disqualifient durablement et l’éloignement des joueurs dépités de s’être laissé prendre… Les réseaux de la ‘révolution numérique’ dévoilent jour après jour les petites et grandes magouilles des puissants : l’hippisme n’y échappera pas. Les Principautés et leur intra muros tout entier sont possédés du syndrome Aztèque : mourir à petit feu et sacrifier bétails et nourritures au Soleil qui leur brûle les yeux !… »
A lire sur :
https://blogs.mediapart.fr/andrev-gueguen/blog/071216/jeudi-8-decembre-sanctions-attendues-pour-six-trotteurs-dopes-au-cobalt-action-epo

 

Cercle TourbillonAuteur de l’article

19 décembre 2016 à 11 h 34 min

Permalink

Chère Madame,
Les 13.8M€ de pertes pour 2018 sont le fruit d’une projection de l’époque Bélinguier avec des perspectives de chiffre d’affaires PMU malheureusement irréalisables en 2018. Edouard de Rothschild lui-même a annoncé le 13/12/2016 lors du Comité que le Galop vivait avec un déficit structurel de 30M€. C’est lui qui le dit. Nous nous contentons de le souligner.
Le Cercle Tourbillon ne fait que donner les chiffres officiels, du PMU et de France-Galop et de les mettre en perspective de la réalité. Comme en comptabilité, nous ne créons aucun chiffre !
Maintenant, libre à vous de continuer à croire les chiffres officiels qui malheureusement ne sont ni tenus, ni crédibles car exhaustifs. Vous pouvez aussi reprendre toutes les projections faites par Tourbillon depuis 3 ans et constater que nous ne nous sommes jamais trompés …

Répondre

·         Syndicat Aecc

29 décembre 2016 à 18 h 12 min

Permalink

Bien dit ne vous laissez pas intimider par ceux qui ont participé à ce désastre que l’autorité de tutelle ne voit pas venir

"Rothschild m'a tuer"

20 décembre 2016 à 0 h 45 min

Permalink

Si je résume bien la situation, tout le monde pense que Rothschild maitrise la situation.
Mort de rire. Il ne sait rien, ne maitrise rien. Il est juste a son seuil de compétence, niveau zéro.
Madame de Chambure que vit à ses côtés doit bien se rendre compte qu’il ne comprend pas grand chose à ce qui se passe.
Il aurait fait un bon président version années soixante, quand tout roulait tout seul.
Quand, il faut gérer avec intelligence et lucidité, il n’est plus au niveau.
Bien fait pour tous les cancres qui ont voté pour lui. Amis du soir, bonsoir. De mon côté, je n’envisage plus l’avenir avec des chevaux de courses, pourtant, cela fait 40 ans que j’en possède.
« Rothschild m’a tuer »

Micheline.

23 décembre 2016 à 0 h 52 min

Permalink

Et jamais une affaire qui termine au pénal, jamais de nettoyage, jamais de condamnation par l’exemple.
L’omerta règne, jamais personne ne parle, ils ont fait des courses une mafia en réalité.
On terrorise ceux qui voudraient parler, tu m’étonnes qu’il règne là dedans une sale ambiance, personne ne se parle, ça se regarde en coin au rond, ça médit.
On est bien loin du glamour qu’on veut parfois nous vendre.

Anonyme

21 décembre 2016 à 9 h 15 min

Permalink

Mais où êtes-vous donc les élus. ?
Votre totale absence dans notre dramatique situation illustre à quel point vous êtes non seulement inutiles mais en réalité nuisibles.
Vous êtes censés représenter l’ensemble des socios professionnels. Mais vous ne représentez que vous même, c’est à dire des « petites personnes » totalement ignorantes de la gestion d’une association de la taille de FG, c’est à dire de la taille d’une entreprise sérieuse, mondialement connue à l’image magnifique, un des fleurons de la France.
Aujourd’hui le désastre est que nous n’avons aucune information sur notre avenir alors que vous devriez être les relais indispensables de notre propre information.
Vous les élus, vous que par nos votes nous avons délégués à l’organe essentiel de notre organisation, le CA de FG, mais où êtes-vous donc ? Avez-vous une idée, un projet, une vision ?
Votre silence est mortel mieux même c’est une faute. Avez-vous ne serait-ce qu’une seule fois pensez à tous ces entraîneurs, propriétaires, éleveurs, personnel de nos centres d’entrainement, qui sont inquiets car c’est leur avenir ? Avez-vous une seule fois pensez à oublier votre fauteuil doré pour vous asseoir sur le banc de ceux qui triment pour vous organiser une de vos victoires. C’est une honte. Entendre Georges Rimaud en qui nous avons cru, affirmer à l’occasion de l’AG de Génération Galop que les représentants de cette association avaient fait œuvre utile, c’est dramatique et tellement triste. Une telle affirmation pour ne pas dire un tel mensonge.
Madame et messieurs les élus, au-delà de vos seules personnalités, votre responsabilité est engagée. Votre responsabilité morale et votre responsabilité de fonction. Si les choses continuent ainsi et que la dégradation de la situation de FG se poursuive sans un plan efficace pour sauver notre Institution, alors vous devrez en répondre.
Réveillez-vous, remplissez votre mission pour laquelle nous vous avons élu. Ou alors ayez le courage de démissionner afin de recréer les conditions de la mise en place d’une nouvelle équipe.

Anonyme

21 décembre 2016 à 13 h 46 min

Permalink

La sanction de mme Lagarde fera jurisprudence dans L institution!
Les dirigeants vivent comme des nababs sur la crinière du cheval et dos du parieur, dilapident sans compter et sans vergogne, détruisent une industrie qui ne demande qu a fonctionner, et repartiront les poches bien remplies d une institution qu ils auront lentement mais sûrement détruites….

Répondre

·         Syndicat Aecc

29 décembre 2016 à 18 h 25 min

Permalink

Pas de bon candidat seulement des cooptés incompétents …demandez la masse salariale des 10 salariés les plus payés et leurs frais de représentation

Christian de Asis trem

26 décembre 2016 à 19 h 18 min

Permalink

la base pour la réussite d un spectacle , c est qu il y ait des spectateurs et grace au très mauvais Gilletta
plus le temps passe …..
Moins de spectateurs, moins de joueurs, plus un jeune aux courses ce qui nous prédit un avenir sans aucun nouveau propriétaire , mais ça nous le savons tous
ALORS !!
Monsieur le BARON
De grâce virez nous tous ces bons a rien, qui anciens ou nouveaux sont tous responsables de cette situation
Un nom comme le votre et avec la position qui est la votre , vous ne pouvez plus laisser notre société dans cet état sans réagir !!!! LA FIN DU COPINAGE celui la au pmu l autre nul aussi a la com etc etc……… en resumant : soyez en deux mots un GRAND PRESIDENT

PIERRE BELLAICHE

27 décembre 2016 à 13 h 19 min

Permalink

CHEVAL FRANCAIS: DOPAGE AU COBALT « LES SANCTIONS SONT TOMBES »
Après avoir entendu et recueilli, dans le cadre de la procédure contradictoire prévue par le Code des courses au trot, les explications desdits entraîneurs, les Commissaires de la SECF ont, par cinq décisions du 22 décembre ont décidé, compte tenu de la particulière gravité des infractions constatées :
• de disqualifier les chevaux des courses concernées et de les exclure pour une période de 12 mois,
• d’infliger à MM. Fabrice SOULOY, Xavier FONTAINE, Dominique RAFFINI et Philippe BENGALA une amende 15.000 €, laquelle a été portée à 30.000 € pour M. Salvatore CAMPOLO dont le cheval concerné a été contrôlé par deux fois avec une concentration de COBALT supérieure au seuil internationalement défini,
• de retirer l’autorisation de monter et d’entraîner à MM. Fabrice SOULOY, Xavier FONTAINE, Dominique RAFFINI et Philippe BENGALA pendant une période de 12 mois à compter du 2 janvier 2017, et d’interdire à M. Salvatore CAMPOLO, dont l’autorisation de monter et d’entraîner a été délivrée par une autorité hippique étrangère, d’engager un cheval déclaré à l’effectif de son entraînement dans les courses régies par le Code des courses au trot en France ainsi que de monter dans lesdites courses pendant 12 mois à compter du 2 janvier 2017,
• d’exclure lesdits entraîneurs des locaux du pesage et des enceintes professionnelles des hippodromes organisant des courses au trot pendant une période de 12 mois à compter du 2 janvier 2017.
A quand les mêmes sanctions pour FRANCE-GALOP?

Répondre

·         Anonyme

28 décembre 2016 à 14 h 49 min

Permalink

En guise de sanctions contre les tricheurs, on aura droit comme réponse à L hyppocrisie des prêts de noms!
Longue vie aux tricheurs!!
Les sociétés de courses soutenant la lutte contre le dopage, comme la corde soutient le pendu….

Répondre

·         Syndicat Aecc

29 décembre 2016 à 18 h 31 min

Permalink

Ah ah ah

sud ouest

27 décembre 2016 à 14 h 12 min

Permalink

France Galop ne veut pas lutter contre le dopage, pour des amis…
Galopeurs dopés au Cobalt et autres dopants nouveaux, circulez ya rien à voir.
Code des courses au galop très permissif, davantage qu’au trot. Celui qui signé les deux codes des courses : le ministre de l’agriculture S Le Foll. Pourquoi ce favoritisme pour le monde huppé du galop ? Ministre aux ordres de qui ? Ne serait ce pas illegal ? Qu’en dira la justice européenne des magouilles françaises ?

Répondre

·         Syndicat Aecc

29 décembre 2016 à 18 h 34 min

Permalink

Elle ne dira rien puisque la justice est omniprésent présente à France galop en la personne de Jean François Cormailles de valbray avocat général à la cour d’appel de Paris aujourd’hui à la retraite qui a orienté les dossiers et pesés sur eux